Accueil » Pudc Phase 3 » Interview du Coordonnateur National, Lansana SAKHO

Interview du Coordonnateur National, Lansana SAKHO


Monsieur le Directeur Général de l’Office des Forages (OFOR), pouvez-vous nous parler du Programme de construction de 251 forages qui va débuter au mois d’octobre ?

Cet important programme de son Excellence le Président de la République Monsieur  Macky Sall vise à régler de façon définitive les problèmes d’accès à l’eau potable dans le monde rural. Il s’agit de la couverture des besoins de façon globale : l’eau pour la boisson mais également l’eau comme aliment l’élevage et l’eau comme intrant pour l’agriculture.

Avant son élection, son excellence le Président de la République, son Excellence, Macky Sall avait  fait le tour du pays ce qui lui avait permis de constater de visu les souffrances des populations en matière d’accès à l’eau dans les zones rurales. Ce projet est une concrétisation de ses promesses pour la résolution définitive des problèmes d’accès en milieu rural.

Quel est le partenaire qui finance ce projet ?

Pendant du Programme d’Urgence Communautaire, cette Initiative pour l’Accélération de l’Accès à l’Eau en milieu rural (PUDC_I2AE) a un coût global de 50 milliards de F CFA. Elle est financée par Eximbank of China à travers une offre spontanée de l’entreprise chinoise CGCOC GROUP

C’est la première fois  que le Sénégal va  dérouler un programme d’une telle envergure dans le domaine de l’hydraulique rurale. Nous fixons comme défi majeur la supervision de la construction de 251 forages, 181 châteaux d’eau, plus de 1.000 kilomètres de réseau et 900 bornes fontaines sur une période de douze mois.

Ce projet traduit également la montée en puissance de l’Office des Forages Ruraux dont la vision ‘un foyer un point d’eau potable’ traduit toute la pertinence de son opérationnalisation depuis octobre 2014.

Quels sont les impacts en termes de satisfaction de la demande dans le monde rural ?

Je pense que nous allons arriver à combler un gap important dans le monde rural. Nous comptons couvrir les besoins de 70 % des populations du Sénégal. C’est un bond en avant que nous allons faire dans la réponse des couvertures des besoins des Sénégalais. Mais il ne s’agira pas seulement de satisfaire la demande, mais également de rapprocher les ménages des points d’eau. Cette initiative va considérablement soulager les femmes des corvées d’eau. Ainsi elles pourront se consacrer à d’autres activités génératrices de revenus et bien assumer leur rôle dans la lutte contre la pauvreté en zone rurale.

Quel sera l’apport de ce projet en termes de réduction des disparités d’accès à l’eau potable entre les régions ?

Le programme permettra une réduction de certaines disparités régionales. La région naturelle de Casamance verra une augmentation de son parc d’ouvrages hydrauliques de près de 38%.  De même au niveau de la zone sylvo pastorale une démultiplication des forages permettra de consolider certains acquis et de poser  les fondements de relance de l’agriculture et le l’élevage. Il existe de réelles perspectives de ces activités qui vont avoir des effets d’entrainement sur la création de richesses et la fixation des populations.

Réalisé & Hébergé par DIGISSOL